Sénégal- Ramadan : Ces sketchs qui «polluent» le Ramadan

 

Le mois béni de Ramadan est le 4éme pilier de l’Islam. Un mois de jeûne, d’abstinence et de piété. Mais au Sénégal, on remarque que cela devient un mois de plus en plus commercial. A travers des sketchs qui pour la plupart du temps dénature le vrai sens, les sponsors mettent en valeur leurs produits. Et pourtant le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) avait averti. Cette année encore on se retrouve avec plus de 46 sketchs qui polluent le Ramadan.

Le mois de Ramadan était la traite des vaches laitières pour les conférenciers et autres prêcheurs. Aujourd’hui il est devenu l’affaire des artistes-comédiens. En cette période de l’année qui coïncide avec le mois de jeûne, les troupes théâtrales à travers des sketches remporte la palme sur le petit écran. De 19 heures à 21 heures, les sénégalais sont servis en abondance.

46 voilà le nombre de sketchs qui défilent sur les différentes chaînes télévisés cette année. Chacun y va de son coté, les artistes-comédiens développent différents thèmes de la société, même si parfois certains font de l’amateurisme et ce jusqu’à toucher la religion. Les islamologues avaient dénoncés ses séquences qui ne passent qu’à l’heure de la rupture du jeûne. Parfois certaines images ou paroles peuvent choquer la conscience.

Une tendance qui revêt un aspect commercial

Les sketches en période de Ramadan sont devenus une ‘’mode’’.  A la limite ils polluent les chaînes télévisés. De «Ramadan de Ngagne» en passant par «Kooru Soleil Levant» jusqu’à «Rirou Koor» pour ne citer que cela, les téléspectateurs eux ont un large choix.

Mais derrière ces sketches à vocation ludique ou humoristique se cache un aspect commercial. Oui ! Les productions théâtrales sont sponsorisées pour la plupart par des sociétés agro-alimentaire qui profitent de ce temps d’antenne pour vendre et mettre en valeur leurs produits. On note aussi la concurrence au niveau des télévisions, car chacune veut se faire une part belle.

Les chaines You Tube aussi sont de la partie, toutes les vidéos passent via Internet et sont monétisées. Plus le nombre de vues augmentent, plus les retombées financières deviennent importantes pour les artistes-comédiens. Les sénégalais de la diaspora utilisent You Tube pour regarder et profiter au maximum de ces moments de délires, histoire de diminuer le stress de la journée.

Et pourtant la CNRA pour éviter les dérapages avertit les organes de presse, mais chaque année on assiste à une floraison de ces «sketchs».

Pendant ce temps certains sénégalais consomment à fond ces délires au risque de faire cramer le ‘’ndogou’’ ou même de rater l’heure de la prière.

Par Maguette avec Senegalactu

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here