« Renégociation des contrats pétroliers » : Macky l’accepte pour l’Afrique et le refuse pour son pays ?

La renégociation des contrats pétroliers brandie par l’opposition et une partie de la société civile pose un véritable dilemme à Macky Sall. La raison en est simple car après avoir signé le décret d’approbation des contrats pétroliers avec Petro-Tim qui ne remplirait pas les critères requis, les révélations de la chaine BBC sont venues envenimer la situation avec l’affaire Aliou Sall. Du coup, la question est de se demander pourquoi le président Macky accepte la renégociation des contrats pétroliers pour l’Afrique et daigne faire machine-arrière sur les contrats pétroliers engageant son pays ?
En mai 2018,lors de la 3e assemblée générale de l’Association des autorités anti-corruption d’Afrique (AAACA) à Dakar, le Chef de l’Etat Macky Sall avait plaidé pour une renégociation portant sur les ressources naturelles de l’Afrique. »c’est une condition préalable du développement du continent à un moment où plus que jamais, les pays africains ont besoin de tirer pleinement profit de leur potentiel en la matière afin de mieux soutenir leur stratégie de croissance au service de leurs citoyens »,a-t-il indiqué lors de ce colloque. Aujourd’hui après avoir signé des contrats avec Frank Timis et les révélations fracassantes de la BBC faisant état de mouvements de fonds de l’ordre de 6000 milliards de FCFA avec Petro-Tim, les Sénégalais se sont rendus compte du bradage anticipé de leurs ressources naturelles. Ce qui a suscité l’ire de la société civile et de l’opposition. Pour ce faire, ces entités estimant que c’est le Sénégal qui perd face à des multinationales décidées à se sucrer grassement sur ses contrats pétroliers. L’opposition tout comme le mouvement citoyen « Aar Li Nu Bokk » réclament sans sourciller la renégociation des contrats pétroliers. Et un vaste mouvement national est déjà mis sur orbite pour la remise en cause de tous les contrats pétroliers dûment approuvés par l’Etat avec les multinationales du pétrole. Du coup, le Chef de l’Etat Macky Sall qui a été l’avocat de l’Afrique pour la renégociation des ressources naturelles du continent noir fait face aujourd’hui à l’effet boomerang de son plaidoyer d’antan dans son propre pays. Hier, il a accepté la renégociation des ressources naturelles de l’Afrique mais aujourd’hui, il refuse systématiquement ce même principe pour son pays. A l’évidence même s’il présume que ce serait financièrement très lourd pour le Sénégal de revenir sur ces contrats pétroliers qui ne profitent qu’aux multinationales, il reste qu’en cas de changement de pouvoir, ces contrats vont être renégociés. Pour le bien du Sénégal et de tous les Sénégalais. Pour l’heure, c’est l’expectative totale en ce qui concerne l’or noir Sénégalais, est-on tenté de dire.
Assane SEYE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here