RAPPORT 2019 LA BANQUE MONDIALE DÉVALUE LE SÉNÉGAL

Senegal's opposition presidential candidate Macky Sall (C) speaks on February 29, 2012 in Dakar during a press conference. Macky Sall on Wednesday strove to unite the opposition behind him for a March 18 presidential run-off after emerging as the challenger to President Abdoulaye Wade in the first round. Intense political wrangling got under way as the opposition urged its voters to rally around Sall and thwart the veteran leader's efforts to secure a third mandate and rule into his 90s. AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO (Photo credit should read ISSOUF SANOGO/AFP/Getty Images)

Le “Rapport 2019 de la Banque mondiale sur les perspectives économiques” relègue le Sénégal dans la catégorie des “pays à faible revenu”. C’est l’information qui barre la Une du quotidien L’Observateur de ce mercredi : “Nouvelle bombe sur le Macky”.

Un titre qui fait froid dans le dos et donnera, dans le contexte de polémique sur les contrats de Petro-Tim et du “Scandale à 100 milliards de dollars” ébruité par la BBC dans son fameux reportage, du grain à moudre à l’opposition et à la société civile.

En effet, de plus de 60 au début des années 2000, les pays pauvres ne sont plus que 34. Mais, l’étude de la Banque mondiale a révélé que “le Sénégal, avec 950 dollars (environ 552 425 Fcfa) de Rnb, est en dessous du seuil des pays à revenu moyen”.

Tirant les enseignements de ce document au contenu explosif, qui ne manquera pas d’alimenter dans les jours à venir les débats, Meïssa Babou, économiste et enseignant-chercheur à l’Ucad, tranche : “Cette situation contredit le concept d’émergence”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here