SAMUEL SARR SUR L’AFFAIRE PETRO TIM «Dans Ce Pays, Ceux Qui Parlent Ne Savent Pas Et Ceux Qui Savent Ne Parlent Pas»

Dans toutes les affaires traitées dans ce pays, «DakarTimes » s’est toujours donné la mission d’éclairer les sénégalais pour ne pas biaiser le débat. Et ce, pour permettre aux sénégalais de mieux comprendre les dossiers qui suscitent de la passion surtout au sein de la classe politique. Cette passion frénétique qui empêche la bonne compréhension. Voilà pourquoi, nous avons interrogé Samuel Sarr, l’homme qui a fait venir Franck Timis au Sénégal. Cet ancien Ministre de l’Energie qui fut un proche du roumain pour avoir traité avec lui des dossiers concernant l’uranium nigérien, les recherches pétrolières en Côte d’Ivoire, au Libéria, la mine de fer en Sierra Léone. Samuel Sarr qui a fait près de 30 ans dans le milieu du pétrole est assez bien placé pour clarifier la lanterne des sénégalais sur la polémique avec des documents à l’appui.
D’abord, Samuel Sarr que nous avons interrogé s’est dit étonné de voir le reportage de la BBC susciter autant de réactions pour des choses assez faciles à comprendre. Il a soutenu que contrairement à ce que certains sénégalais pensent, «Franck Timis est un homme financièrement balèze. Je me suis rendu dans ses bureaux à Londres. Il avait plus de 150 employés dans cette ville. Ses bureaux sont installés au cœur de la capitale financière anglaise à Stratton Street à Mayfair». L’ancien Ministre de l’Energie dit avoir connu Timis pour l’avoir accompagné dans la sous-région dans le cadre de ses activités.
«En Sierra Léone, il a eu à développer un business de 7 milliards de dollars (4200 milliards de FCFA) pour la mine de Tonkolil estimée à 10 milliards de tonne de fer. Les sénégalais doivent comprendre que Franck Timis est un grand monsieur extrêmement puissant sur le plan financier». Samuel Sarr rappelle aussi que Timis a fait «des investissements énormes en Côte d’Ivoire, au Libéria, au Niger. Il a eu un permis d’exploration d’uranium. En Guinée, il avait beaucoup investi ». En outre, Samuel a connu Franck Timis lors d’un forum sur la recherche pétrolière à Londres. Il était alors Ministre de l’Energie. Il s’était rendu à Londres en compagnie du sénégalais Djbril Kanouté qui était à l’époque Directeur Général de Pétrosen. «J’ai été séduit ce jour par l’organisation mise en place par Timis avec une équipe d’expert très compétents » dit Samuel. C’est après cette visite que l’Etat du Sénégal a décidé d’inviter Franck Timis à venir faire des prospections au Sénégal. «En tant que Ministre de l’Energie c’est moi qui ai accueilli Timis au Sénégal. Nous avons signé un Memorandum of Understanding (MOU). Et lorsque j’ai quitté le Gouvernement, nous avons maintenu nos relations. Nous avons fait beaucoup de missions ensemble en Afrique» a déclaré Monsieur Sarr.
A propos des contrats pétroliers, Samuel Sarr a déclaré «qu’au Sénégal, ceux qui savent ne parlent pas, et ceux qui parlent ne savent pas ».

Sur cette photo : Franck Timis, une autorité nigérienne et Samuel SARR pour des négociations pour l’obtention de permis de recherche de pétrole et d’uranium

L’ancien Ministre de l’Energie déclare : «Je n’ai jamais voulu parler de cette affaire parce que je ne veux pas hurler avec les loups. Lorsque tout le monde parle en même temps finalement, on ne s’entend pas et on ne se comprend pas non plus. Cela va dans tous les sens comme c’est le cas présentement. Le pétrole ce n’est pas comme l’arachide. Nous au Sénégal, nous venons de connaître le pétrole. Mais nous devons comprendre que c’est une autre activité qui a ses modes de fonctionnement organisé par des Codes, des Traités, des Conventions qui sont parfois au-dessus des lois nationales. Car certains textes réglementaires qui régissent le pétrole dans le monde entrent dans le domaine du Droit international » a déclaré Samuel. Il soutient que «dans le monde du pétrole, il y a différents types de sociétés selon leurs activités et leurs capacités financières et techniques ».
Pour le cas de Franck Timis, Samuel a soutenu que «lorsqu’il a obtenu son contrat signé par Karim Wade suivi du décret signé par Me Abdoulaye Wade et Souleymane Ndéné Ndiaye, Timis devait immédiatement démarrer ses activités mais les documents n’étaient pas enregistrés. Macky Sall dans le cadre de la continuité de l’Etat, n’a fait que terminer ce que son prédécesseur avait commencé ». De l’avis de Monsieur Sarr, «Timis a fait du farm in avec Kosmos. Ce qui est une pratique courante dans les activités pétrolières. Si une entreprise voit des indices (après des études sismiques) dans ses recherches, elle peut contacter une société junior pour poursuivre les travaux (les forages). Et la junior va aussi faire appel à une société sénior comme Kosmos a fait avec Bp ».
Mais de l’avis de Samuel Sarr, «avant la prise d’action de Kosmos sur PétroTim et de Bp sur Kosmos, l’ensemble des employés de Timis ont été entendus (Good gouvernance due diligence) par les avocats et conseillers de ces groupes. Les entreprises Kosmos et de Bp ont auditionné tous les employés de Franck Timis. C’est la pratique courante voir même banale en matière de transactions financières dans le secteur du pétrole avec des investissements aussi importants ». Selon Samuel Sarr, «les avocats de Kosmos et Bp ont entendu Aliou Sall pendant plus 24heures pour être certains qu’il n’ya pas d’indice de corruption dans les activités de Franck Timis avant qu’ils signent avec son groupe ».
A en croire Samuel Sarr, «les avocats de BP et Kosmos ont mené des enquêtes très poussées sur Aliou Sall du fait de son lien avec le président Macky Sall. Ils ont regardé ses comptes bancaires, ses mails, son contrat avec Franck Timis tout y est passé. Parce qu’ils savent que les sociétés cotées en bourse doivent être totalement clean. C’est pour cela qu’ils ont auditionné l’ensemble des employés de Franck Timis. Et les rapports d’enquête existent. Je peux certifier sur l’honneur qu’aucun indice de corruption n’a été décelé concernant Macky SALL». L’ancien Ministre de l’Energie a soutenu que «les renseignements que les avocats de BP et Kosmos ont sur Aliou Sall, la chaine BBC ne les a pas».

Sur cette photo : l’ancien Ministre d’Etat Samuel SARR, Pierre Goudiaby ATEPA, Franck Timis et le président du Niger Mahadou Issoufou

Samuel Sarr a aussi évoqué les révélations de BBC sur le salaire d’Aliou Sall. Selon lui «les salaires sont négociés dans le cadre d’un contrat privé. Si Franck Timis accepte de payer un grand salaire à Aliou Sall cela dépend des termes de leur contrat mais aussi de la mission confiée à ce dernier. Tout travail mérite salaire. Moi qui ai fait plus de 30 ans dans le secteur pétrolier et de la finance, je suis certain qu’Aliou Sall n’a pas été bien payé par Franck Timis car ses autres collègues européens ou américains, pour les mêmes services, perçoivent deux fois plus».
L’ancien Ministre n’a pas raté ceux qu’il qualifie «d’hommes politiques de mauvaises augures». «Je suis étonné d’entendre des opposants comme Abdoul Mbaye dire que l’Etat doit retirer le permis de Franck Timis. Je le renvoie à l’article 7 du protocole d’accord qui lie l’Etat du Sénégal à PétroTim qu’il a lui-même signé intitulé : «Loi et juridiction ». Là, il est bien expliqué, ce que risque le Sénégal s’il décidait de rompre le contrat. Déjà on est en arbitrage avec Franck Timis sur deux autres blocs pétroliers. Et ces nombreux procès coûtent chers à l’Etat. En plus, il y a ce que l’on appelle le Traité Bilatéral d’investissement (TBI) ratifié par le Sénégal qui protège tous les investissements étrangers effectués dans le pays ». Samuel Sarr s’est demandé «comment en tant que premier Ministre, Abdoul Mbaye pouvait-il ignorer cela ? ».
«Et vous savez quoi, c’est lui-même qui avait signé le décret d’approbation qui a donné le permis à Franck Timis et qu’il dit s’être trompé. Pauvre Sénégal. Voilà les types d’hommes qui aspirent à nous diriger et qui s’octroient le permis de commettre des erreurs dans la gestion des affaires publiques» a martelé Samuel.
L’ancien ministre a invité le frère du président de prendre ses responsabilités. «A mon avis, Aliou Sall doit prendre ses responsabilités. Le président Macky Sall a beaucoup fait dans la lutte contre la corruption, il ne faudrait pas que ses adversaires se servent d’Aliou Sall pour saboter les efforts du Sénégal dans la lutte contre la concussion et les fraudes. Par ailleurs, je voudrais dire aussi que la BBC n’est pas une juridiction pour établir la culpabilité d’une personne. Nous sommes dans un Etat de droit et il appartient à la justice dire le droit», a expliqué Samuel Sarr.
«Pour moi, le plus important c’est la gestion des retombées financières du pétrole sénégalais. Car, pour la période d’exploitation, le bénéfice est estimé à environ 35 milliards de dollars entre 25 et 30 ans (selon le volume de production). Et le Sénégal, dans cette manne financière va recevoir environ 23 milliards de dollars. Alors, nous devons veiller sur la bonne utilisation de ces retombées financières afin que cela profite au peuple sénégalais et surtout aux générations futures » a-t-il. L’ancien Ministre révèle l’existence d’autres découvertes. Il cite «les blocs de Sangomar sur lequel, il y a eu les mêmes pratiques de farm-in où Wooside a racheté les parts des autres entreprises qui ont-elles aussi des redevances pendant la période d’exploitation ». Enfin, le ministre a invité les sénégalais à participer aux discussions sur le contenu local (local content) qui est selon lui «le vrai levier de contribution au produit intérieur brut du Sénégal». «A mon avis, toutes les activités connexes de l’exploitation du pétrole, doivent être gérées exclusivement par les entreprises sénégalaises. C’est cela le véritable enjeu» dira-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
29 + 8 =